Notre offre d'abonnement
au magazine

Accueil > Articles parus > Essais > TESLA MODEL S 85D, Elle boit pas, elle fume pas... mais elle fait causer (...)

TESLA MODEL S 85D, Elle boit pas, elle fume pas... mais elle fait causer !

lundi 7 septembre 2015, par Louis DAUBIN

La Tesla que nous avons essayé pour vous sur de longs trajets est le modèle S 85 D dotée de quatre roues motrices et de deux moteurs électriques. A l’issue d’un entretien avec les dirigeants de TESLA, nous décidons de soumettre la S 85D à un test vérité sur près de 1000Km de route et autoroute


Bonne surprise. Tesla joue le jeu et nous confie sa voiture. Nous recommandant seulement de rester dans le cadre d’un usage « légal » afin d’aller vers les 502 kilomètres d’autonomie promis par la marque pour cette voiture entièrement mue par le vecteur électrique fourni par « environ » 800 kilos de batteries et deux moteurs électriques.

JEUDI 7 MAI, PARIS 14E, 15H00.

Nous stationnons la Tesla dans le parking Vinci Alesia. La descente le long des rampes au ralenti entraine le frottement des 4 roues alliage de 21 pouces tout au long des parois de l’étroit trottoir. Les roues de 21 sont une option dont la démesure visuelle se conjugue à l’absurdité à l’usage. En quelques heures elles se transforment en laideron édenté.

La Tesla est large et l’accès aux rampes étroites n’est pas son truc. Une Classe S passe plus aisément. Avec la monte en 18 pouces de série il n’y aurait aucun problème. Nous cherchons la borne électrique pour recharge. Elle est là, poussiéreuse, mais fonctionnelle. Son débit très faible ne nous donnera que 30 kilomètres de recharge en 4 heures. Mais juste assez pour redonner 520 kilomètres d’autonomie à l’auto avant le départ vers Angers, ville distante de 302 km de Paris.

VENDREDI 8 MAI 00H00 PARIS

Départ de pont de mai. Nous attendons que les routes se libèrent pour épargner à notre voiture trop de sollicitations électriques. Minuit : direction St Arnoult, le péage. Nous entamons la route à un petit 140/150 km/h, l’auto est agréable à conduire. Assez silencieuse malgré de nombreux bruits d’air et remarquablement accrochée au sol grâce à son centre de gravité très bas qui ferait se pâmer un conducteur de SUV.

Tout concours à se sentir à l’aise et à rouler comme avec une puissante berline pour un départ en week end. St Arnoult, l’autonomie a déjà baissé suffisamment pour que nous comprenions qu’à ce rythme pourtant placide nous n’atteindrons jamais Angers sereinement. Nous décidons de nous arrêter au Mans à la nouvelle borne « Super Chargeur » Tesla. Malgré cela il nous faut ralentir déjà et 120 km/ h semble la bonne vitesse. L’écran central gigantesque devient gênant dans la nuit mais même éteint il continue de briller. La somnolence nous guette à cette allure.

Nous sortons de l’autoroute à Nogent-le-Rotrou pour continuer par la nationale vers le Mans. L’occasion de vérifier la qualité des phares tout à fait performants en éclairage. Le Mans semble s’éloigner de nous… a cette allure de nuit on doit osciller entre les poids-lourds hésitants et les camionnettes plus rapides que nous. Nous sortons de l’autoroute à Nogent-le-Rotrou pour continuer par la nationale vers le Mans. L’occasion de vérifier la qualité des phares tout à fait performants en éclairage.

Nous arrivons au Super Chargeur après 3 heures de route pour 220 kilomètres environ. Il faut sortir de l’autoroute et trouver le parking Auchan ou se trouve la borne « St-Bernard ». Nous branchons l’auto après avoir tâtonné et téléphoné à l’assistance qui ne parle qu’en Anglais. J’aurais dû lui répondre en Français à ce Yankee !. Le temps de recharge affiché est de 1h30 pour 100%. Il sera près de 5 h du matin quand nous repartirons du Mans pour continuer notre voyage.

La recharge dans la nuit est bruyante et les refroidisseurs de batteries mettent le plancher de l’auto en transe. Mieux vaut sortir et rester dehors. Le froid nous guette.

Nous attendons. Le décor est sinistre, celui d’un supermarché désert de tout sauf de policiers en patrouille, de « drifteur » en Ford Escort et de poivrot hagard mais fan de Tesla… Nous repartons. Angers est en vue à 96 kilometres. Nous avons 520 kilomètres d’autonomie théorique, C’est tentant : Nous allons tacher de rattraper une partie de temps perdu. Nous accélèrons et calons la Tesla à 251 km/h compteur. A fond ! La suite le mois prochain...

Louis DAUBIN

Répondre à cet article



Kilomètres Entreprise Contacts | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | Briag.com Briag.com
KILOMETRES ENTREPRISE est édité par la SARL de presse KMS édition 33, avenue du Général Leclerc 75014 Paris - Tél. + 33 1 40 64 11 30 - Fax + 33 1 40 64 15 80